DÉCRYPTAGE du décryptage d’un égyptologue suite à la publication de la vidéo de Squeezie

Revenons sur un article publié par le journal gratuit 20 minutes le 12 janvier 2019.
Probablement peu informée sur la question, la journaliste a fait appel à l’égyptologue Felix Relats Montserrat, qui vient donc incarner ici la parole de cette discipline.

Dès la première intervention de Mr Montserrat, le ton est donné : l’approche ne peut être qu’historique.
Concernant une construction muette, sans aucune archive, c’est loin d’être simple et l’épisode 2 de BAM YOUTUBE SERIE vous éclairera à ce sujet.

Mr Montserrat nous renvoie ensuite à la fameuse expérience NOVA, montrée dans LRDP, à laquelle le Pr Joseph Davidovits a participé : notre égyptologue n’a donc pas vu LRDP ! Mais pourquoi faire, me direz-vous ?

Suit alors une remarque d’une logique scientifique étonnante : si « 20 hommes suffisent à tirer un bloc d’une tonne et demie posée sur un traineau » alors il ne lui semble a priori pas compliqué d’empiler 203 assises de blocs d’une tonne et demie jusqu’à 140 mètres de hauteur ou encore de hisser des dalles de 70 tonnes à 50 mètres dans la pyramide : il ne s’agit là que d’opinions et de croyances, car rien n’a jamais été démontré.

Il enchaine ensuite sur le granite employé selon lui « dans les herses pour fermer les chambres des pyramides », ce qui est à la fois extrêmement vague mais surtout totalement faux : le granite ne se limite pas aux herses mais compose la chambre haute ainsi qu’une partie de sa superstructure, et il n’y a pas d’autre système de herse dans la pyramide. Puis décidément en jambe, il enchaine sur « le reste de la pyramide [qui] était fait en grès local » : le problème étant qu’on ne trouve pas de grès dans la grande pyramide, mais principalement du calcaire brun (le calcaire blanc de Tourah servant pour le parement aujourd’hui disparu)… la suite passe hélas sous silence les 8 faces de la grande pyramide et sa complexité de mise en oeuvre, son orientation et autres prouesses qui avaient à juste titre émerveillé Squeezie, pour répondre à côté de la plaque en nous replaçant les poncifs habituels : rondins de bois et sol mouillé de limon…

Avoir une approche historique est une chose, mais lorsque grès et calcaire se mélangent allègrement dans une sorte de vision romantique floue, mieux vaut ne rien attendre d’un point de vue technique de ce genre de profil et laisser les professionnels de la construction chausser les lunettes de la réflexion libre.